C’est au  cours  d’un entretien accordé au quotidien L’Union,  que le directeur général de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) a fait savoir  que toutes les mesures nécessaires ont été prises au sein de sein département  pour palier  à d’éventuelles pénuries de la chaine logistique  alimentaire à Libreville, Owendo, Akanda de même que sur l’ensemble du territoire.

***************************************************L’Entretien*************************************************************

L’union : Dans son adresse à la Nation, le Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba a annoncé le confinement du Grand Libreville. Est-ce que l’Oprag a pris toutes les dispositions nécessaires pour assurer l’approvisionnement des grandes surfaces et des magasins ? Sommes-nous sûrs qu’ils seront toujours approvisionnés ?

Apollinaire Alassa : L’Autorité portuaire que représente l’Oprag a prise des mesures par rapport à la situation sanitaire actuelle. Les ports jouent un rôle de premier plan dans le passage de tout ce qui est consommé au niveau de notre pays, et tout ce qui sort en termes d’export au niveau de notre pays, sinon plus de 92% pour ne pas donner un taux fixe. Plus de 92% de ce que l’on manipule, de ce que l’on consomme au Gabon, transite par les installations portuaires. Vous faites bien de venir vous enquérir de la situation de résilience de l’autorité portuaire en matière de stockage et de conservation de biens d’équipements et de denrées pour pouvoir tenir par exemple, en cas de confinement généralisée. Mais, n’oublions pas que même si il y a confinement, le trafic des marchandises par voie maritime n’est ni interdit, ni arrêté.

L’union : Cela veut-il dire qu’aucune rupture de stocks n’est pour l’instant envisageable ?

Apollinaire Alassa : La place portuaire de Libreville a plus de 30.000 m² d’entrepôts frigorifiques. On en trouve à côté de l’Oprag, San Gel, Foberd, Sigapêche… Ce sont des entrepôts frigorifiques qui servent de transition aux produits alimentaires au cas où il y aura rupture totale. Mais,  il n’y aura pas de rupture. Je vous ai dit dans l’état actuel de la situation, le port continue de travailler 24h/24 et 7j/7 et avec lui tous les intervenants de la chaine de passage de la marchandise. Donc, c’est vous dire de ne pas craindre la rupture au niveau des approvisionnements en denrées alimentaires au Gabon. Les plus hautes autorités nous ont donné des instructions pour pouvoir continuer à recevoir ou à faire partir des cargaisons qui viennent et qui partent du Gabon.

L’union : Mais en cas, par exemple, de suspension totale du trafic maritime pour des raisons diverses. Combien de temps peuvent tenir nos entrepôts ?

Apollinaire Alassa : Au Gabon nous n’avons pas de réserves stratégiques. Ailleurs, il y a ce qu’on appelle des entrepôts stratégiques que nous appelons ‘’les ventres du pays’’. Mais nous, en dehors des quelques greniers que nous avons et qui font en sorte que la Smag ne soit pas en rupture de stock, il y a quelques entrepôts frigorifiques. Ceux-là peuvent permettre la livraison sur le marché peut-être pendant, si je ne m’abuse, au moins 4 semaines, 1 mois au pire des cas. C’est la raison pour laquelle, il faut que les plus hautes autorités  pensent à faire construire des entrepôts qui serviront de réserves stratégiques. Cela vaut aussi bien pour les denrées alimentaires que pour le carburant, lubrifiant et autres.

Mais encore une fois, vous n’avez pas à craindre la rupture de stock dans la mesure où le port assure toujours ses activités 24h/24, 7j/7 malgré la période de confinement. On a eu des dérogations spéciales de la part des plus hautes autorités.

Source : L’Union 

Laisser un commentaire