Logistics/Supply-Chain

Denrées alimentaires : l’approvisionnement des marchés en question

Le Comité interministériel pour l’approvisionnement des marchés a tenu son premier conclave, mercredi 20 mai dernier. Présidée par le directeur général du Commerce, cette rencontre a permis aux acteurs de la production et de la distribution de peaufiner des stratégies à même d’éviter les ruptures, des surproductions et autres sur-stockages

AFIN de veiller à l’approvisionnement régulier des marchés et de maintenir les stocks considérables – surtout lors de cette crise sanitaire mondiale qui impacte négativement les canaux de distribution intercontinentaux, le Comité interministériel pour l’approvisionnement des marchés a tenu son premier conclave, mercredi 20 mai dernier.

Présidée par le directeur général du Commerce, cette rencontre a permis aux acteurs de la production et de la distribution de peaufiner des stratégies à même d’éviter les ruptures, des surproductions et autres surstockages.
” Au cours de cette première réunion du comité technique, nous avons essentiellement évoqué la situation de Sucaf-Gabon, qui est confrontée à des difficultés d’acheminement de son produit depuis l’usine de Ouellé  à Franceville.

Mais également le cas de la Smag, qui est préoccupée par le transport de la farine, notamment dans les provinces du Haut-Ogooué et de l’Ogooué-Lolo, mais aussi dans la ville de Port-Gentil “, a indiqué le directeur général du Commerce, Jean-François Yanda.  Aussi, plusieurs pistes de solutions ont-elles été envisagées. D’après Donald Ollo Nguema, directeur commercial et marketing de Sucaf-Gabon, un plan d’action a été défini, qui permettra aux différents acteurs de la chaîne de valeurs que sont les transports SDV, Transform et Setrag, d’optimiser le transport de sucre de Franceville vers Libreville et les autres destinations.

” Les moyens supplémentaires mis en œuvre par Setrag et la mobilisation des autres transporteurs favoriseront une disponibilité de nos produits de manière efficace et efficiente “, s’est réjoui le directeur général de la Société meunière et avicole du Gabon (Smag), Bruno Lardit. ” Il faudrait une véritable synergie entre le principal transporteur ferroviaire, qui n’est autre que Setrag, les transporteurs terrestres que nous sommes et Sucaf-Gabon “, a insisté
le directeur général de Transform, Valery Igoumou.

A noter que le défi est plus grand du côté de l’entreprise sucrière dont la campagne de 2019 tablait sur une production estimée à 26 000 tonnes de sucre.

Styve Claudel ONDO MINKO (Union-Sogapress N° 13329 – Mardi 26 Mai 2020)

Comment here