Le Gouvernement de la République Gabonaise a annoncé dans une communication publique le vendredi 10 avril 2020 de l’effectivité de l’Etat d’urgence à partir du lundi 13 avril 2020 à 00H01 minutes et cela pour 2 semaines sur le Grand Libreville, défini comme la somme des Communes de Libreville (703 940 habitants) ,Owendo (70.000 habitants), Ntoum (51.954 habitants) et Akanda (34.548 habitants) pour un total de 860.442 habitants, soit environ 47% de la population gabonaise.

L’Etat d’urgence entrainant la restriction des mouvements et des transport urbains et interurbains, seules les personnes des administrations publiques, para-publiques et privées évalués par le Ministre du Transport à 72.000 personnes et effectuant des activités relevant du secteur dit essentiel seront appelés à circuler pendant les deux semaines de confinement. Ces 72.000 personnes représentent environ 8,36% de la population du Grand Libreville.

Pour assurer le déplacement de ces 72.000 personnes pendant ces deux semaines de confinement, le Gouvernement a retenu 3 entreprises de transport publiques et parapubliques que sont SOGATRA,TRANS’URB et TRANS’AKANDA pour lesquelles une enveloppe de 6 milliards a été affectée.

Seulement, comment comprendre que 6 milliards soient affectés à 3 entreprises relevant totalement ou en partie du secteur public pour transporter 72.000 personnes représentant 8,36% de la population estimée, surtout que bon nombre de ces 72.000 personnes dispose de véhicule de transport et bus de transport. Notons que pour l’exercice 2018, le secteur transport a réalisé un Chiffre d’Affaire global de 9,5 milliards et que par ailleurs pour deux semaines d’activités 6 milliards, 63% du chiffre d’affaire annuel du secteur transport en 2018 soient affectés.

Sur la même période, le Gouvernement alloue une enveloppe de 5 milliards à la Banque Alimentaire pour soutenir 60.000 foyers représentant 400.000 personnes, soit près de 6 fois plus de personne que ceux concernés par les 6 milliards du secteur transport.

SOGRATRA est une entreprise publique au bord de la faillite au regard de ses nombreux soucis financiers, Trans’Urb est une entreprise créée en 2019 qui n’a jamais n’a démarré ses activités et dont les bus étaient à ce jour stationné. TRANS’Akanda est une entreprise créée en 2019 qui elle aussi connait des soucis de trésorerie. C’est pour ces 3 entreprises que le Gouvernement gabonais en période de crise alloue 6 milliards pour deux semaines d’activités, soit 63% du chiffre d’affaire annuel de l’ensemble du secteur transport en 2018. Mieux, les 72.000 personnes ne seront transportés qu’en matinée pour rejoindre leurs lieux de travail et en après-midi pour regagner leur transport, chose qui nourrit davantage des interrogations sur la nécessité d’affecter une somme aussi importante à 3 entreprises qui ne travailleront en gros que deux fois par jour.

L’ancien Ministre du transport du Gabon  séjourne présentement à la prison centrale de Libreville pour détournement de fonds publics selon la justice gabonaise aux cotés d’autres anciens ministres. Le Gabon à ce jour est le pays au monde qui enregistre le plus de ministres et haut cadres mis en prison pour détournement, certains y séjournent depuis plus près de 5 ans.

Tout laisse à croire, que cette opération de 6 milliards est une stratégie pour le Gouvernement gabonais de détourner les fonds comme les précédents ministres et cadres et ce en période de confinement. Pour rappel, ces 6 milliards sont puisés dans le Fonds de Lutte contre la COVID-19 dont l’objectif n’est nullement de redresser les entreprises publics en difficultés pour mauvaise gestion ou encore effectuer des investissements. Aussi, ces entreprises relevant du secteur public, une allocation d’une telle hauteur viole les principes mêmes de la comptabilité publics.

Geoffroy FOUMBOULA LIBEKA

Ambassadeur Leadership et Engagement Jeunesse du Gabon,

Formateur et Coach en Entrepreunariat certifié ONUDI (Nations-Unies)

Laisser un commentaire