LA conférence de presse donnée par le Comité de pilotage (Copil) du plan de veille et de riposte contre le
coronavirus, mardi dernier, à l’immeuble Arambo, a été l’occasion pour l’équipe qui le compose de faire l’état des lieux de la riposte sanitaire contre le nouveau coronavirus, deux mois après son apparition au Gabon. Toutes les questions autour de la lutte contre cette pandémie ont été évoquées, à l’instar des stratégies mises en place pour enrayer le Covid-19, les avancées scientifiques, le protocole thérapeutique adopté au Gabon, etc.

Cette rencontre aurait également pu permettre d’en savoir plus sur une question qui préoccupe aussi bien la population que le personnel soignant, à savoir la disponibilité du matériel médical devant faciliter la prise en charge des personnes infectées.

À ce sujet, le Copil s’est vaguement prononcé. Auparavant, et même après la mise en place de la stratégie de riposte contre le Covid-19, aucun inventaire n’a été fait sur les équipements médicaux  dont dispose le Gabon. Il est donc impossible de dire avec exactitude combien de lits par exemple, ou d’appareils respiratoires seraient disponibles dans nos hôpitaux.

Selon les syndicats du secteur de la santé, à peine 30 appareils respiratoires sont disponibles sur toute l’étendue du territoire national. Un chiffre contesté par le Copil qui avance qu’il y en aurait bien plus (100 appareils respiratoires). Une confusion qui n’est pas pour éclairer l’opinion.

Toutefois, l’on sait que le Gabon a reçu des dons de matériel médical, notamment de l’Organisation
mondiale de la Santé (OMS), de la Chine (100 mille masques, 3 mille paires de gants…), des combinaisons d’isolement, plus d’un million de masques chirurgicaux, des gels hydroalcooliques, 200 mille kits de dépistages rapides et des équipements de protection de la part du président de la République Ali Bongo Ondimba.

Sans oublier l’aide du milliardaire chinois Jack Ma, composé de 100 mille masques, 20 mille kits de dépistage, 1 000 combinaisons médicales. Et, tout récemment, l’appui de 5 millions d’euros de l’Agence française de développement (AFP) pour l’acquisition du matériel de réanimation…

Prissilia M  MOUITY

 

Laisser un commentaire