Le secteur BTP désigne l’ensemble des entreprises chargées des travaux de construction, d’entretien ou de rénovations des bâtiments publics ou privés (immeubles, usines, bureaux, gymnases…) ainsi que des infrastructures de la voie publique (routes, pistes cyclables, voies ferrées, …).

Au Gabon,  le secteur BTP (construction)  est estimé à 5,5 % du produit intérieur brut  en 2013 et compte  5669 effectifs de l’emploi formel au Gabon en 2014. L’activité des BTP se répartit entre 70% pour les travaux dans le domaine des infrastructures et 30% dans la construction des bâtiments. Plusieurs bailleurs de fond (Banque Mondiale, AFD, BAD, BEAC, UE …) contribuent à dynamiser  et à favoriser le développement du secteur à côté de l’Etat.

Le secteur des bâtiments et travaux public constitue une part importante de l’économie Gabonaise et représente d’importants enjeux économiques et sociaux (construction d’infrastructures de transport, construction de logement sociaux, construction d’infrastructures sanitaires, sportive et culturelles, l’extension des systèmes de traitement des eaux, l’amélioration du transport à Libreville, la rénovation d’universités, …). Il se situe au centre des défis de l’émergence du Gabon.

Seulement, pour réaliser les chantiers dans les délais conformes aux cahiers de charges, le secteur des BTP est tributaire d’une activité essentielle :   LA LOGISTIQUE

Définit par L’ASLOG comme « l’ensemble des activités  qui assurent la mise en place à moindre cout, d’une quantité déterminée de produit, à l’endroit et au moment où une demande existe »,  la logistique dans les BTP peut se présenter comme une combinaison d’actions visant à planifier, à optimiser et gérer les approvisionnements, le transport, le stockage et la circulation des flux physiques sur un chantier.

Seulement, la réalité sur le terrain montre que, très souvent, les maitres d’œuvre accusent beaucoup de retards dans la livraison des chantiers, par conséquent enregistrent  d’énormes perte de profit,  à cause de plusieurs manquements d’ordre  logistique : imprécision des bons de commande, délais de dédouanement long,  absence de suivi des expédition, retard des livraisons du matériel,  colisage mal adapté ou absent, accès au chantier difficile en raison du mauvais état de la route,   moyens de chargement et déchargement  sur site non adapté à la nature des colis, zones de stockage mal définies (surface insuffisante ou peu adaptées aux produits concernés, vols du matériels etc.

Ces dysfonctionnements sont la résultante d’une absence de planification logistique en amont or le bon déroulement d’un chantier dépend fortement de la fluidité des étapes de la chaine logistique (Supply-Chain).

Ainsi, comment peut s’adapter la démarche logistique  dans les BTP … ?

D’abord, il est important que tous les intervenants conçoivent un système logistique efficace couvrant aussi bien la préparation, l’exécution et la mise en exploitation de l’ouvrage. Pour cela, il faudrait faire  adhérer l’ensemble des intervenants à des principes méthodologiques communs.

Dans ce système logistique il sera question par exemple d’organiser les approvisionnements (identifier la nature, les quantités, l’origine des matériaux qui rentrent dans la construction de l’ouvrage, évaluer les délais de dédouanement pour le matériel importé). Aussi, chaque sous-traitant devra faire connaitre ses délais de livraison au responsable logistique du chantier. Par ailleurs, le responsable logistique du chantier devra établir les planning de livraison, prévoir les moyens de manutention en fonction de la nature de chaque colis, définir en amont les plans de circulation des moyens de transport sur le chantier etc. Le responsable logistique du chantier devra veiller à la fiabilité des horaires de livraison et au contrôle qualité du matériel livré sur site etc.

Enfin, le conducteur des travaux et le responsable logistique devront  planifier des réunions pour assurer une meilleure organisation, coordination du chantier et à résoudre les points bloquants. Les réunions permettront de veiller au bon fonctionnement du système logistique (évaluation des délais d’approvisionnement, des délais de livraison,  de faire l’inventaire  des stocks du matériel, procéder au traitement des déchets, veiller à la maintenance préventive et curative du matériels d’engins tels que des malaxeurs camions bennes, citernes d’eau, toupies, tractopelles, éleveurs télescopiques, bulldozers etc.

 

Julus AGAYAS

Directeur de la publication, Gabon Logistics

Sources:

Banque Mondiale, Cahier économique du Gabon, décembre 2015 n°1

www.jeuneafrique.com

Mays MOUISSI, Gabon : La répartition de la richesse nationale par secteur d’activité

Laisser un commentaire