Le projet de construction d’une nouvelle route reliant la commune de Libreville à celle d’Akanda est, une énième fois de plus, sur la table du gouvernement. La réalisation de cette importante infrastructure pourrait permettre aux automobilistes d’éviter l’embouteillage vécu aux heures de pointe pour rentrer comme pour sortir d’Akanda, au nord de Libreville.

C’est le ministre des Infrastructures, Léon Armel Bounda Balonzi, qui a évoqué ledit projet le week-end dernier lors d’une rencontre avec le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale. Une réunion axée sur la réhabilitation
des voiries dégradées de Libreville. La particularité de cette future route reliant le centre et le nord de la capitale sera une station de péage. En effet, il est prévu que cette voie à construire autofinance son entretien avec l’argent que les usagers paieront pour l’emprunter. La population aura alors un choix à faire : passer
par la route actuelle, souvent en proie à de grands bouchons, ou emprunter cette future voie qui permettra de contourner l’aéroport Léon-Mba de Libreville.

Notons que les habitants de la commune d’Akanda éprouvent, en effet, des grandes difficultés pour vaquer à leurs occupations aux premières heures de la journée. L’embouteillage quotidien, surtout durant la période scolaire, ne permet donc pas souvent d’honorer le principe de ponctualité.

GMNN (L’Union-Sogapresse, N°13327 -Samedi 23  et Dimanche 24 Mai 2020)

Laisser un commentaire