il fallait s’y attendre, les mesures de restriction prise par le gouvernement dans le  secteur des transports en commun  du fait de la pandémie Covid-19 se répercutent négativement sur  les marges bénéficiaires des transporteurs urbains, inter-urbains et  suburbain.

Pour combler  ces  gaps financiers, les acteurs du secteur procèdent  à  découpages des trajets et des augmentations des tarifs, ce qui par conséquent impact sur les budgets transports des usagers et rend difficile les déplacements des populations de Libreville, Owendo et Akanda.

Pour le SYLTEG, c’est la réduction du nombre de place et la réduction du temps de travail, décidé par le gouvernement , qui sont en partie les principales causes de l’augmentation des tarifs de transport urbain et sur-urbain. 

Pour rappel, les mesures prises par les autorités gabonaise dans les transports en commun porte sur : 

  • Le respect de la règlementation dans les transports en commun urbain et suburbains (clandos)
  • 09 passagers maximum dans les taxis bus de 18 places;
  • 03 passagers maximum dans les taxis et les clandos y compris le chauffeur ;
  • 10 passagers maximum pour les autobus de 30 places;
  • Les chauffeurs de transport en commun ont pour obligation de porter des gants, des masques et d’etre en possession des produits désinfectants. Chaque client est tenue de se désinfecter les mains dès son entré dans le véhicules.

Pour résoudre ce problème de la flambée  des tarifs de transport en commun, le SYLTEG  piloté  par Jean Robert Menié recommande au gouvernement gabonais d’autoriser l’augmentation du nombre de place dans les véhicules (berlines et taxi-bus) . « Nous demandons qu’on nous ajoute une place dans les petites voitures devant. Nous demandons également qu’on nous ajoute une place dans les taxis-bus devant», a déclaré  Jean Robert Menié.

Le Syndicat libre des transporteurs terrestres du Gabon (SYLTEG) recommande également au gouvernement de faire passer l’heure du début du couvre feu à 21H au lieu de 18H. 

Enfin, le SYLTEG propose également de faire la levée des checkpoint aux heures autorisées à la circulation et à veiller à ce que les contrôles routiers portent  sur le respect des mesures barrières (port de masques, distance recommandée, nombre de place).

La rédaction Gabon Logistics

Laisser un commentaire