L’importance de la logistique hospitalière dans la gestion de crise covid-19

122

Comme me le disait Agnès Ricard-Hibon, présidente de la Société française de médecine d’urgence: “La gestion de crise fait partie de notre métier, mais surtout de la logistique hospitalière”.

Tout le monde est mobilisé.

Les logisticiens font partie des personnes indispensables à la gestion de crise du Coronavirus.
Pour le logisticien, l’enjeu est de réussir à mettre en place une organisation qui réponde à l’urgence, sans négliger la prise en charge des équipements nécessaires aux personnels soignants.  « Nous avons la responsabilité de veiller à ce que les médecins et les personnels soignants gardent leurs forces pour continuer à bien soigner les patients habituels et à les protéger du coronavirus ».

La logistique hospitalière longtemps cantonnée à un rôle d’intendance, la logistique hospitalière s’est particulièrement développée ces 20 dernières années, comme fonction transversale et levier de performance au sein de l’hôpital.

Héritée des fonctionnements de la logistique industrielle, elle s’en démarque cependant sur deux aspects :
 La sécurité, avec l’importance de l’hygiène et de la traçabilité,
 Le fonctionnement en mode dégradé et avec des moyens finis.

La logistique hospitalière est l’une des principales fonctions dans le milieu hospitalier puisqu’elle assure la gestion des flux entrants et sortants.

Dans les activités de service, elle comprend deux aspects :

 Une logistique classique centrée sur la gestion des flux de matières premières nécessaires à la délivrance du service (son objectif étant de délivrer le bon produit au bon moment, au bon endroit et au meilleur coût),
 Une logistique des services, l’idée étant de gérer des flux des soignants et des patients par une action simultanée sur la demande et les capacités, avec pour objectif d’arbitrer entre le temps d’attente de ces deux clients et l’optimisation des capacités.

La Commission logistique hospitalière de l’ASLOG définit ainsi la logistique hospitalière : « Il s’agit de la gestion des flux de patients, produits, matières, des services et informations qui s’y rapportent, pour assurer la qualité et la sécurité à un niveau défini de performance et d’efficience, depuis le fournisseur jusqu’au patient et, selon le cas, au destinataire final. »

En d’autres termes, la logistique hospitalière est l’étude et l’optimisation de deux types de flux physiques hospitaliers : les flux de personnes (qui comprennent les mouvements des patients depuis leur entrée jusqu’à leur sortie de l’établissement, mais aussi ceux du personnel et des visiteurs), et les flux de matières.

Ces derniers sont très variés au cœur d’une unité de soins avec les flux entrants : dossier patient, produits sanguins labiles, médicaments et dispositifs médicaux stériles et non stériles, repas, linge propre, consommables généraux, courrier et colis ; et les flux sortants : prélèvements, dispositifs à stériliser, vaisselle et linge sale, déchets et courrier et colis.

Il y a cinq phases de développement potentiel de logistique hospitalière :

1. La logistique embryonnaire, comprenant la logistique d’intendance (restauration, blanchisserie, nettoyage…) et la logistique de distribution (médicaments, produits à usage unique…), est fondée sur le principe de gestion en flux poussés.
2. La logistique intégrée au sein de l’hôpital suppose une gestion en flux tirés, le niveau des stocks étant ajusté en fonction des consommations réelles.
3. Le soutien logistique intégré permet d’aller plus loin dans l’intégration de la logistique aux autres fonctions de l’hôpital, en le prenant en compte dès la construction d’un bâtiment. Ce type de logistique se développe de plus en plus de nos jours avec la construction des nouveaux hôpitaux en France.
4. L’éco logistique concerne la gestion des produits usagés (recyclage, déchets contaminés…), à laquelle il est bon d’adjoindre une réponse architecturale ou organisationnelle.
5. Enfin, la logistique de type supply-chain (chaîne d’approvisionnement) élargit l’intégration aux structures extérieures qui interviennent dans la chaîne logistique, comme les prestataires extérieurs et les structures sanitaires coopératrices.

La logistique est au service de l’optimisation du séjour des patients.

Même si de nombreux outils existent et facilitent la mise en œuvre d’un projet logistique pertinent, la logistique est avant tout une démarche transversale.Cette transversalité favorise le pilotage global de la trajectoire des patients, car l’étude logistique permet d’avoir une connaissance de l’ensemble des déplacements de chaque patient, à l’intérieur d’un même hôpital et entre structures de soins.Cette connaissance et sa traduction permettent de s’interroger sur les facteurs bloquants dans le séjour d’un patient.Dans certains cas, une réponse logistique peut être apportée (augmentation de la fréquence de transports, par exemple).

Dans d’autres cas, une modification des pratiques des acteurs est nécessaire (en cas de convocation de tous les patients à la même heure, par exemple).Il n’existe pas de mode de fonctionnement logistique optimisé unique, le projet logistique dépend de l’objectif et évolue nécessairement dans le temps.

 

Gladys WENCESLAS TOUDISSA
Responsable logistique du GHNE (Groupe Hospitalier Nord Essonne) en France

Laisser un commentaire