Quel système logistique pour le dépistage de masse sur l’ensemble du territoire Gabonais ?

9

Dans son adresse à la nation du 03/04/2020, le président de la république Gabonaise , Ali Bongo Ondimba, a marqué  ”son inquiétude” vis à vis de la propagation rapide sur le territoire gabonais du COVID-19 ( 21 cas contaminés, 01 décès , 01 patient zéro guéri) en assurant les populations que ” l’Etat fait et fera Tout pour vous protéger”.

Pour cela, afin de renforcer considérablement le dispositif de riposte du COVID-19 au Gabon, le chef de l’Etat Gabonais  a décidé sur la base des recommandations du conseil scientifique, de lancer dans les plus brefs délais un dépistage de masse  et de créer 60 centres de test sur l’ensemble du territoire Gabonais.

Ces décisions politiques en temps de “guerre”,  comme l’avais récemment déclaré le ministre de l’intérieur M. Lambert Noël Matha , exige impérativement un système logistique robuste et c’est ce qui par conséquent nous conduit à nous demander quel le système logistique sera mis en place  pour ce dépistage de masse sur l’ensemble du territoire Gabonais ?

En effet,  le découpage administratif: loi N° 14/96 du 15 Avril 1996 portant réorganisation territoriale de la République Gabonaise, le Gabon  dispose de 9 provinces  ; 48 départements  ; 52 communes  ; 26 districts; 164cantons ; 969 regroupements de villages ; 2743 villages.

Cette  opération de dépistage massif au COVID-19 sur l’ensemble du territoire Gabonais , osons le dire, connaitra des  limitations importantes  des capacités et  des défis logistiques à surmonter. Les centres de depistage devront par exemple  faire face à un afflux de personnes à dépister  dans les plus brefs délais sans compter la prise en charge des nouveaux cas détectés qui eux seront sans doute limité par les capacités d’accueil des structures sanitaires et autres.  

  • Combien de dépistage  par jour pourront être réalisés ?
  • Avons nous les routes en bon états pour l’acheminement du matériel et le personnel médical dans tout les zones les plus reculées du Gabon ?

Les Allemands par exemple mènent 160.000 tests en moyenne par semaine et en Corée du Sud 20.000 personnes sont prélevées chaque jour, seulement 8.000 Français parviennent à se faire dépister quotidiennement.

  • Qu’en sera -t-il du Gabon ?
  • Avons nous les ressources humaines qualifiées  en interne dans ces comités de riposte pour piloter à bien ces recommandations de l’organisation mondiale de la santé (OMS) ?
  • Possédons nous les capacités de testes à la même échelle que les autres pays comme la Corée du Sud, qui bénéficie d’une expérience certaine en la matière depuis l’épidémie de SRAS en 2003 ?
  • Comment seront pris en charges tous les nouveaux  cas identifié  sachant que les centres hospitaliers et les structures d’accueil connaitront sans doute des périodes de saturation donc des manques de places disponibles ?

C’est tout un raisonnement logistique et non politique qui devra se mettre en place dans  les hôpitaux, les laboratoires , les centres de test, les entrepôts, les plateformes d’éclatement, les aérogares et bien d’autres.

Comme le dit Sébastien Perdereau, Practice Manager en charge de l’activité Achats et Supply Chain pour Michael Page et Michael Page Interim Management, « Il faut pour cela des gens solides, expérimentés, qui ont eu à gérer plusieurs situations de crise durant leur carrière, mais également qui savent faire preuve d’intelligence émotionnelle car ces périodes-là peuvent générer des tensions et des frustrations».

 

Julus AGAYAS

Directeur de publication

Laisser un commentaire