Il était devenu difficile, voire impossible, de circuler entre les villages Ayeme-Bokoue et Nsile, dans le département du Komo. En cause : l’état piteux de cette partie de la Nationale 1.

Mais les plaintes des usagers ont fini par être entendues par le gouvernement dont le numéro un, Julien Nkoghe Bekale, qui s’était rendu sur le terrain, le week-end dernier, pour une visite des chantiers prioritaires.
En effet, depuis quelques semaines, des engins de Colas-Gabon sont visibles sur le terrain, sur instructions du ministère des Infrastructures. Techniciens et autres employés de cette entreprise sont à pied d’œuvre pour améliorer la circulation sur ce tronçon dégradé par l’effet conjugué de l’âge, de son intense exploitation et des fortes pluies. Les travaux en cours concernent essentiellement l’ensoleillement, l’élargissement de la voie devenue étroite, du fait d’une végétation abondante sur les accotements, le décaissement et la purge des matériaux impropres dans les sections dégradées. Mais également, le rechargement en latérite et en grave bitume, le compactage et la mise œuvre d’une couche d’imprégnation pour imperméabiliser les couches sous-jacentes.
Un technicien de Colas-Gabon a indiqué qu’il s’agit de travaux provisoires visant à maintenir un bon niveau de circulation. En attendant la deuxième phase qui concernerait les travaux lourds, dans le cadre de la Transgabonaise annoncée par le chef de l’État, Ali Bongo Ondimba. Il reste à souhaiter que l’amélioration des conditions de circulation entre Ayeme-Bokoue et Nsile soit également effective entre le village Andeme et le pont sur la rivière Agoula. Une partie de la Nationale 1 qui se dégrade à nouveau. Depuis quelques jours, la multiplication des crevasses rend à nouveau difficile la circulation pour les automobilistes.

Wilfried MBINAH, (Union Sonapress, N°13325 du Mercredi 20/05/2020 et jeudi 21/05/2020)

Laisser un commentaire