Les corridors d’infrastructures structurent le territoire dans une optique d’intégration et d’optimisation, rapprochant les principaux centres urbains et économiques du pays autour d’infrastructures de réseaux communes, qu’il s’agisse de routes bitumées, de ligne ferroviaire, de réseau de transport d’électricité, de distribution d’eau ou de fibre optique. Cette logique permet également de mutualiser certains coûts de construction et donc de baisser la facture finale des travaux.

Le Schéma Directeur National des Infrastructures identifie trois corridors principaux et deux corridors annexes qui structurent l’organisation des flux d’échanges sur le territoire national. Le premier corridor suit la ligne ferroviaire du Transgabonais et prévoit sa réhabilitation et l’association de nouvelles infrastructures comme la fibre optique.

Julus AGAYAS, Panel d’échange des Logisticiens Gabonais au Sénégal

A ce corridor historique sont associés deux corridors annexes: un premier qui relie le site de Bélinga au corridor central du Transgabonais avec une interconnexion dans la zone de la Lopé ; un second qui rattache Port-Gentil au Transgabonais, avec une interconnexion au corridor Sud au niveau de Lambaréné, puis au corridor du Transgabonais au niveau de Kango. Le deuxième axe d’organisation du territoire est le corridor Nord, qui relie Bitam à Ndjolé. Le troisième corridor intègre la zone Sud, en reliant Ndende au Transgabonais au niveau de Kango, en passant par Lambaréné.

Le désenclavement du Gabon passe nécessairement par le développement des infrastructures de transport et Logistique.

Les analyses prospectives menées dans le cadre du PSGE indiquent que les flux annuels de transport sont amenés à être multiplié par 12 entre 2009 et 2025, passant de quatre millions de tonnes de marchandises transportées à 50 millions de tonnes. Cette donnée laisse entrevoir l’importance des défis à relever pour mettre à niveau et étendre le réseau de transport et de logistique au Gabon, au niveau des routes, du ferroviaire, des infrastructures de transport maritime et fluvial, ou encore des aéroports.

Le développement des infrastructures permet de répondre à cinq problématiques majeures : (i) le désenclavement du Gabon et la facilitation des déplacements de personnes et de marchandises, (ii) le développement d’une offre électrique durable et accessible aux populations, (iii) l’accès à l’eau potable pour tous, (iv) la construction d’infrastructures numériques de rang mondial et (v) l’accès à un logement décent pour tous.

Julus AGAYAS
Directeur de Publication, Gabon Logistics

*PSGE: Plan Stratégique Gabon Emergent

Laisser un commentaire