27 C
Libreville
dimanche 5 février 2023

La banque mondiale recommande au Gouvernement d’améliorer la logistique et son réseau de transport

LIBREVILLE, le 9 décembre 2022 – Le Gabon a le potentiel de promouvoir de nouveaux secteurs dans l’économie verte afin d’alimenter une croissance durable, résiliente et inclusive qui profitera à la population gabonaise dans les années à venir. Telles sont les conclusions de deux rapports de la Banque mondiale publiés aujourd’hui.

La transition vers une économie plus verte, moins dépendante des ressources naturelles, exige des réformes ambitieuses pour libérer de nouvelles sources de croissance, créer de l’emploi et réduire la pauvreté et les inégalités. C’est ce que souligne le nouveau Mémorandum économique pour le Gabon, intitulé Vers une croissance durable plus verte et plus inclusive.

« Le Gabon a l’opportunité de développer de nouveaux secteurs prometteurs pour alimenter une croissance durable, résiliente et inclusive, qui profiterait significativement au pays dans les prochaines années, » explique Aissatou Diallo, représentante résidente de la Banque mondiale pour le Gabon. « Nous nous réjouissons de collaborer avec le Gabon sur un nouveau paradigme économique, soutenu par des politiques publiques et une gouvernance, mieux adaptées aux défis auxquels le pays doit faire face. »

Le rapport souligne que le Gabon a déjà mis en œuvre certaines réformes visant à diversifier son économie au-delà du secteur pétrolier, mais que les progrès restent limités. Des réformes et des investissements dans les domaines prioritaires suivants sont donc recommandés :

  • Renforcer le capital humain par la promotion de l’éducation et de la formation technique et professionnelle dès les premières années du cursus scolaire, et par un alignement du système éducatif sur les opportunités d’emploi réelles. Le fort taux de chômage et l’inadéquation des compétences pourraient ainsi être réduits, en particulier parmi les jeunes gabonais. Les programmes de protection sociale doivent aussi être revus et développés. La mise en place d’un programme phare d’assistance sociale, disposant du financement et du ciblage nécessaire, et ne se limitant pas à l’assurance-maladie, aiderait significativement à la réduction de la pauvreté.
  • Stimuler l’entrepreneuriat privé : le secteur privé est entravé par le manque de compétitivité, les obstacles à l’investissement et par la prédominance du secteur public au sein de l’économie. Un environnement des affaires plus favorable, avec notamment un cadre réglementaire porteur et une législation sur les investissements améliorés, contribuerait à stimuler l’entrepreneuriat et à attirer les investissements directs étrangers.
  • Développer le commerce des biens et services : en dehors des ressources naturelles, comme le pétrole et le manganèse, les exportations gabonaises restent très faibles. Le pays a besoin de développer une feuille de route stratégique pour stimuler le commerce transfrontalier, en particulier au sein du continent ; améliorer la logistique et l’infrastructure commerciale, notamment son réseau de transport ; et œuvrer aux côtés des partenaires régionaux et des autres partenaires commerciaux pour réduire les droits de douanes.
  • Verdir la croissance : alors que le Gabon cherche à diversifier son économie, la croissance verte offre une opportunité pour atteindre cet objectif. Les efforts en faveur de cet objectif incluent le développement et la revitalisation de la production et des exportations agricoles, halieutiques et industrielles; la promotion de l’écotourisme, des services environnementaux et des services numériques ; la promotion de bonnes pratiques environnementales à travers l’ensemble des secteurs offrant un potentiel à l’export, en tirant notamment parti des échanges de crédits carbone liés à la préservation de la forêt tropicale et du potentiel de stockage de carbone que cela offre ; la rationalisation des procédures pour faciliter le commerce transfrontalier (notamment grâce à la numérisation).

« Des efforts et investissements durables dans ces domaines pourraient aider à propulser une croissance économique résiliente face à la volatilité des marchés mondiaux de l’énergie et des autres matières premières, » souligne Cindy Audiguier, auteure principale du rapport « Vers une croissance durable plus verte et plus inclusive ».

La nouvelle édition de la Note de conjoncture économique du Gabon, également publiée aujourd’hui, analyse le secteur agricole du pays et offre des recommandations pour permettre au pays de dynamiser le commerce alimentaire régional en devenant un moteur de la sécurité alimentaire et de l’intégration régionale.

Bien que disposant d’un fort potentiel agricole, le pays reste fortement dépendant des importations alimentaires. Le gouvernement soutient les petits producteurs à travers le programme GRAINE (Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés) dont les résultats restent néanmoins mitigés. Le commerce des produits agricoles est entravé par plusieurs obstacles qui représentent jusqu’à 14 % du coût final d’un grand nombre d’aliments pour les habitants.

Une enquête menée par la Banque mondiale dans le cadre de ce rapport a conclu que 24 % des commerçants déclaraient avoir dû verser des frais discrétionnaires aux points de contrôle le long des corridors commerciaux. Une enquête précédente de la Banque mondiale a estimé qu’environ 46 % de l’ensemble des frais payés pour le dédouanement d’un camion de 10 tonnes à la frontière entre le Cameroun et le Gabon résultaient de frais discrétionnaires.

Pour accroître l’efficacité et la transparence des activités commerciales et améliorer la circulation des biens, le Gabon doit prendre des mesures afin d’accroître la numérisation des services douaniers, simplifier la documentation en matière d’import-export, rationnaliser le nombre de points de contrôle et améliorer la capacité et l’efficacité des agences gouvernementales concernées.

« Le Gabon pourrait faire fructifier les investissements de base consentis au cours des dernières années et tirer parti de l’avantage comparatif dont il dispose dans des secteurs comme l’agriculture, la pêche, la foresterie et les services numériques. Cela permettrait d’appuyer les efforts du gouvernement en faveur de la diversification de son économie et créer les emplois dont les Gabonais ont tant besoin, » rappelle Sonia Barbara Ondo Ndong, co-auteure des rapports.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2023/026/AFW

gabon logistics
gabon logisticshttp://www.gabonlogistics.com
Gabon logistics est le premier portail web spécialisé en logistique et transports du Gabon. Site web édité par LE GROUPE GABON LOGISTICS ET TRANSPORTS.

Derniers Articles

Articles similaires