Les 38 ports africains ne traitent que 3% du trafic de conteneurs et 6% du trafic mondial de marchandises.

21

Les 38 ports africains ne traitent que 3% du trafic de conteneurs et 6% du trafic mondial de marchandises malgré les énormes investissements de ces dernières années. Dans ce contexte, y a-t-il encore de la place pour une concurrence permanente entre ces ports? La hiérarchisation portuaire finira-t-elle par s’imposer? Il est venu le temps d’attirer le privé tout en préservant les intérêts du public; d’aller au-delà des seuls investissements dans les superstructures portuaires; de garantir une meilleure allocation des ressources; d’améliorer la gouvernance portuaire; d’améliorer la performance et la connectivité, etc. Le principe de réalité nous pousse à dire que le renversement de la structure macroéconomique des états africains est plus que nécessaire. Cela permettra d’accroitre méliorer dans le bon sens le volume des échanges. Tant et si bien qu’une vision portuaire avec des objectifs SMART s’impose et qu’il faut des politiques publics en transport adaptées. Bref, il faut procéder par étapes en commençant par le début.
#ports #logistics #shipping #lomé #conteneurs #cmacgm #msc #maerskline #abidjan #Tema #mombasa #tangermed #lagos #pointeNoire #durban

Armand HOUNTO, Port and Logistics Expert

Laisser un commentaire