28 C
Libreville
dimanche 13 juin 2021

Ghislain Monadza Mboma:«Il n’y a pas d’économie sans logistique efficiente»

C’est en substance la réflexion sous fond d’aveu de l’importance et du caractère indispensable de la logistique et des Transports dans le développement d’une économie de Ghislain Mouandza Mboma, Directeur général de l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI). Ce dernier, ouvrant les travaux du club Press Gabon Logistics et Transports (GLT) sous le thème « La logistique et les transports, piliers de la transformation économique, sociale et environnementale du Gabon », a en effet reconnu que cette thématique est actuelle car il n’y a point d’économie suffisamment développée sans une réponse logistique efficiente et adaptée. Nous publions in extenso, l’intervention du Secrétaire permanent du Haut Conseil de l’Investissement.  

« Bonjour à tous et à toutes, 

Mesdames, Messieurs, 

Bienvenue à l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI) 

En ma qualité de Directeur Général de l’ANPI et Secrétaire Général permanent du Haut Conseil de l’Investissement, c’est avec plaisir que nous avons accueilli l’initiative du Groupe Gabon Logistics et Transports (GLT) pour le lancement de son Club Presse au sein de notre structure. Une initiative pour débattre de la question, de la problématique et du rôle de la logistique et des Transports dans le cadre du plan de la l’accélération et la transformation de l’économie de notre pays. 

Comme vous pouvez bien l’imaginer, cette question de l’accélération et de la Transformation de l’Economie gabonaise est à l’ordre du jour sur la table du Gouvernement notamment dès  2018 dans le cadre des activités du Haut Conseil de l’Investissement, où une étude avait été commandée afin de comprendre les difficultés qui existent sur cet axe pour permettre de fluidifier à la fois les exportations du Gabon mais en même temps de la rendre beaucoup plus compétitives. 

Cette étude avait révélé un certain nombre de manquements. Manquements liés à la qualité des infrastructures routières et de Transports. Manquements dans le cadre de l’environnement. Manquement s’agissant des ressources en termes de formation professionnelle dans les métiers de la logistique et des Transports. Ces différents manquements soulignés avaient fait l’objet d’un groupe de travail.  

Le Thème qui est posé aujourd’hui, vient à point nommé dans le cadre de l’accélération et la transformation de notre économie, car il n’y a pas d’économie sans logistique efficiente. Des pays entiers ont bâti leur développement sur l’axe logistique uniquement, c’est le cas de Singapour que tout le monde admire. 

Les débats qui vont avoir lieu aujourd’hui devront permettre d’identifier deux à trois axes importants sur lesquels il faudrait travailler.

Le 1er axe se donne d’abord à lire sur le plan national. Nous avons aujourd’hui, énormément d’activités des opérateurs économiques, des coopératives agricoles qui produisent à l’intérieur du pays et qui ont de réelles difficultés d’acheminement des stocks de leur production. Comment régler cette problématique ? Au-delà de l’absence des infrastructures routières que le gouvernement prendra en main et finira par faire aboutir. Une fois cela fait, quelle est la stratégie qu’on peut mettre en place en termes de construction de l’Écosystème propre aux coopératives pour s’assurer que les acheteurs ont, in fine,  la capacité de recevoir dans les meilleurs délais, leurs différentes productions ? 

S’agissant de la seconde problématique, le Gabon comme tous les autres pays africains entrent progressivement dans la Zelcaf. La problématique de la Zelcaf ne se situe pas seulement sur les produits et services à vendre vers d’autres pays africains. Le combat majeur reste celui de savoir quel est le pays qui aura la meilleure plateforme logistique pour tirer profit de la Zelcaf. Est ce que le modèle gabonais sera seulement celui de faire la production et d’exporter ou de se constituer comme Singapour comme une plate forme logistique que les pays de la sous région devront solliciter pour pouvoir exporter dans le cas du marché de la Zelcaf leur production ? 

Nous avons aujourd’hui des outils qui peuvent être utilisés comme la Compagnie nationale de navigation intérieure qui a les outils logistiques. Nous avons la Sogatra ( Société gabonaise de transport) qui pour l’instant est plus orientée vers les passagers. Est ce que dans ses missions, la problématique de la logistique des transports terrestres peut-être intégrée ? 

 Autant de questions qui au cours de vos assises, doivent faire l’objet d’une réflexion approfondie afin que débouchent de celles-ci, des pistes d’orientation qui vont amener le gouvernement à se saisir des propositions de solutions que vous avez relevé afin de réformer en profondeur, notre stratégie d’appui logistique pour venir en  appoint à la stratégie d’accélération et de transformation de notre économie. 

Je soutiens énormément votre réflexion et j’ose espérer que à l’issu de ces travaux,  nous disposerons d’une feuille de route que nous, Haut conseil de l’Investissement et moi personnellement dans mes nouvelles responsabilités que le gouvernement a souhaité me confier en tant que Chef de projet Task Force, promotion des investissements privés, j’aurai énormément besoin de ces réflexions parce que attirer des investisseurs dans des filières d’opportunités,  c’est non seulement leur mettre à disposition les commodités de productions mais en même temps, les commodités de transports et de logistiques. 

Votre activité est donc intimement liée à ma mission et c’est pourquoi j’ai tenu à ouvrir les travaux, de vos assises et c’est par ces mots que je déclare solennellement ouvert les travaux du lancement du Club Presse Gabon Logistique et Transports. 

Je vous remercie ».

La rédaction Gabon logistics et transports

logistics gabon
logistics gabonhttp://www.gabonlogistics.com
1er portail web de la logistics et des transports du Gabon

Rester connecté

9,779FansJ'aime
51SuiveursSuivre

Derniers Articles

Articles similaires